Photo de Lionel Abrial – site Unsplash

Dans Prête-moi un mot…

L’écriture est collaborative. Les  « je » s’additionnent dans l’espace des langages.              À l’origine de cette initiative, des volontés.

Raviver la conscience d’une créativité individuelle, en station dans la chair. Se souvenir. Dire le dehors grâce au dedans. Mettre cette mémoire et son ressenti au service d’un ensemble. Juste un peu plus loin que le seuil de nos portes.

Livrer une pointe de soi, écouter le peu des autres et lui faire écho. Construire un ensemble composite puis apprécier ce qu’il en ressort. Évincer le jugement de valeur. Le propos est humain, simplement.

Et peut-être, réinvestir. Pour le moins, questionner cette éventualité.
Les faits et gestes d’une dynamique créative pourraient-ils se transposer au quotidien?

PRÊTE-MOI UN MOT… MAIS QUELLE DÉMARCHE ?

Je questionne la notion de COLLECTF.

  • Qu’est-ce que le collectif ? Où se trouvent ses limites ?
  • Que puis-je lui apporter ? Que m’apporte-t-il ?
  • Comment transposer ces idées dans mon quotidien ?

Je choisis comment laisser mon empreinte dans un NOUS.

  • Je prête un mot ou une expression.        Et/ou …
  • J’écris un texte avec les mots empruntés.     Et/ou …
  • Je fais écho à ce que je viens de percevoir, quel que soit mon langage.

Je m’inscris dans une DYNAMIQUE CRÉATIVE, en accord avec les autres et ce que je suis.

Pour aboutir à un tout composite, j’écoute, je co-construis et prends du plaisir, sans jugement.

Je reste maître / maîtresse de ma proposition sans oublier qu’elle n’aurait jamais été la même sans les autres. 

Si j’en ai le temps et l’envie, je peux ramifier le projet en amenant des thèmes, des formes, etc. différents, en proposant à mon entourage d’y participer ou en partageant l’initiative où bon me semble.

NOTRE COMPOSITION

Les propositions qui parsèment cette page ont été généreusement prêtées par leur auteur.e à la Feuille Azimutée pour rendre compte de la dynamique qui nous a portés le 13 avril dernier. 

EMPREINTE 1

Le flot de la vie continue de se déverser,
Lentement… inexorablement
Les jours passent, sept jours durant,
On essaie de garder la tête haute,
Les semaines s’additionnent et pourtant
Je suis toujours là, au même endroit,
Dans ce flou artistique
Qu’est devenu le monde, qu’est ma vie,
Navigation à vue…
Combien de temps encore ?
Flou, flou, flou
Tout est biaisé, chahuté,
Mutations nécessaires
Que nous demande la Terre
Notre arrêt sur image aboutira-t-il
À plus d’esprit, de présence, de création ?
Transmutation pour faire corps-nouveau ?

L’accompagnement musical combine des extraits du morceau  

Life stream de Dream Machine .

EMPREINTE 2

Le temps s’écoule pendant
que le monde s’écroule
Assez de temps
Pour panser nos plaies
et repenser nos vies
Le maelstrom du passé continue
de nous mouvoir, inertie
Virtualité de nos comportements,
de nos actes, de nos paroles
Se cristallisant devant nous…
Des mots mais pas de vie
une prière désespérément vide
Ne croire en rien
qui nous dépasse
mène à la folie aveugle
Ne croire en rien d’autre
que la vie et sa beauté multiple
Se retourner humblement
Plus de jugement
Un simple regard en face
puis repartir
Cette fois, les yeux ouverts
en silence, sans un mot
Pour de bon se mettre au vert.

L’accompagnement musical utilise un extrait du morceau 

Insight de Dream Machine .

EMPREINTE 3

Lever de soleil
Éparpillé sur le papier
et dans le ciel
des nos crânes surexposés
De ces mots faire le contre-pied
Faire valser nos « entre-soi »
confinés

Se bouger le cul
Faire sa mue, secouer nos cœurs
puis la colonne de vertébrale
de nos silences
Pour sonder, y plonger
Pour fouiller et trouver
un mot d’ordre
dans le flou de nos paysages

Se faire écho eh oh eh oh…
jusqu’à ce qu’il ne reste plus
qu’une lettre

Tordre le cou au temps qui glisse
sur nos peaux distendues
par l’extérieur
Prendre un bain lumière
En bas, retourner l’endroit
Oui, aller tout au fond
de nos « moi »

Dire un peu de soi
avec les autres
Écouter comme ça sonne
Ce qui raisonne…
Goutte à goutte, écouter
Si ça dit l’ennui ou l’envie
Si ça fuit, si ça luit
dans nos vies intérieures

Y mettre le nez, choir…
Voir si ça grouille à nouveau
Et à défaut secouer encore
Se déboucher les artères
Faire corps-nouveau
Ou un pas de côté

Mettre l’ancien à germer
dans un bocal, un bol d’air
De printemps

Mettre l’ancien à germer
Dans la fraîcheur,
la nouveauté
Toujours différées,
hachées, percutées…

La boucle musicale a été élaborée à partir d’extraits du morceau 

Lost in Neverland de Black Lark.

EMPREINTE 5

Si nos heures calmes
m’étaient contées,
j’irais chercher la grande Mauve.
Elle nous dirait la nostalgie
des jours où l’on prêtait l’oreille
S’il faut laisser
du temps au temps
Alors l’urgence est à l’essai…
Ou sur le fil des regrets
d’avoir autant procrastiné
Pour l’harmonie, on repassera !
C’est la forêt qui me l’a dit.

EMPREINTE 6

Au-delà des rivages, le soleil s’est couché
depuis longtemps déjà.
Avant de s’évanouir dans un tas de cendres,
l’oiseau verse quelques larmes sur la bêtise humaine.
Là, tout en haut de la falaise,
Il ne sait pas sous quelle forme il renaîtra,
mais le cycle, il le connaît bien assez.
Renouveau et guérison sont le prochain crédo.
Lui dont la légende traverse les âges
fait miroiter les couleurs flamboyantes de son ramage,
Pour nous faire rêver et nous accompagner sur le chemin,
Telle une lyre enchanteresse qui ne laisse d’aucun en détresse,
Vélocité empêchée, arrêtée, laisse du temps au temps !
Le phénix le sait, la transformation est bienvenue,
Déploie tes ailes et envole-toi dans la musique aérienne
de ton cœur qui saigne.

L’accompagnement musical utilise un extrait du morceau

Prelude : White  de Svat Ilin

EMPREINTE 7

L’Arbre Phénix

UN GRAND MERCI À…

Nina, Véronique, Tatiana, Christophe, Inès, Stéphanie, Julie et Chrystelle d’avoir prêté leurs mots !

Sophie, Amandine, Nicolas et Marie-Lou d’avoir conjugué leurs empreintes verbales .

Orev (Véro) d’y avoir fait écho dans un autre langage.

NOS PRÊTS ET EMPREINTES …

Prêt 1 : Nina ↔ fraîcheur
Prêt 2 : Véro ↔ lever de soleil
Prêt 3 : Amandine ↔ flou
Prêt 4 : Tatiana ↔ se bouger le cul

Prêt 5 : Christophe ↔ vie intérieure
Prêt 6 : Inès ↔ harmonie
Prêt 7 : Stéphanie ↔ « Il faut laisser du temps au temps »
Prêt 8 : Marie-Lou ↔ faire corps-nouveau

Prêt 9 : Julie ↔ Maeva sylvestris ou la grande Mauve
Prêt 10 : Sophie ↔ jubiler
Prêt 11 : Chrystelle ↔ procrastiner

Empreintes 1 et 6 : Amandine
Empreinte 2 : Nicolas
Empreintes 3 et 5: Marie-Lou
Empreinte 4 : Sophie
dont le silence est respecté
Empreinte 7 : Orev